ValBiom

 

La Biométhanisation

Qu'est-ce que la biométhanisation?

La biométhanisation est un procédé biologique de fermentation de matières organiques par des micro-organismes dans des conditions spécifiques de température et d'oxygène (anaérobie). A l'issue de ce process, deux produits sont générés :
du biogaz (gaz composé principalement de méthane et de gaz carbonique) et un résidu (appelé digestat).

Quelles sont les valorisations possibles du biogaz ?

  • Production de chaleur grâce à une chaudière gaz
  • Production d'électricité grâce à un moteur entrainant un alternateur
  • Production de chaleur et d'électricité grâce à une unité de cogénération
    Le biogaz est envoyé dans un moteur/turbine couplé à un alternateur. Deux énergies sont alors produites : de l'électricité et de la chaleur.
  • Injection dans le réseau de gaz naturel ou de biocarburant (après épuration)

Cette valorisation nécessite un traitement spécifique du biogaz : Il est nécessaire de purifier le biogaz c'est-à-dire de concentrer le méthane à plus de 80% (varie selon les spécifications techniques de Synergrid). Une fois la purification effectuée, le biogaz est appelé biométhane.

Outils

Vous avez un projet de biométhanisation ?

  • Nous mettons à votre disposition différents outils d'aide à la décision. Voir les outils

Que contient le biogaz ?

Le biogaz est principalement constitué de méthane (CH4) et de CO2. Il contient également quelques gaz traces (H2S, ...) et de l'eau. Cependant, il n'existe pas de biogaz mais des biogaz. En effet, tous les biogaz sont différents puisque les composés qu'ils contiennent sont présents en concentrations variables en fonction des matières entrantes.

Quelles sont les valorisations possibles du digestat?

Le digestat est principalement épandu sur les terres agricoles et apporte ainsi des éléments fertilisants. Il peut également être transformé en un produit plus élaboré (granulé par exemple) destiné au secteur horticole.

Quels sont les avantages de l’utilisation du digestat ?

L’azote présent dans le digestat a été en partie minéralisé. Cela signifie qu’il sera plus vite disponible pour les plantes. Le risque de lessivage est donc fortement diminué à condition que les pratiques d’épandage soient adaptées. De plus, les quantités de digestat sont réglementées par le PGDA (plan de gestion durable de l’azote). Aucun excès d’apport de digestat n’est donc permis.

Aussi, dans les grandes zones d’élevage où les pairies sont nombreuses, les agriculteurs se retrouvent avec de grandes quantités de fumier difficilement exploitables en pairie. Le digestat étant par nature très liquide, celui-ci peut être épandu très facilement sur les prairies sans affecter l’appétence.

Le digestat est également beaucoup moins odorant que les lisiers ou fumiers bruts. Ce qui constitue un avantage certain pour le voisinage lors de l’épandage.

Pourquoi l’azote du digestat est assimilé plus rapidement par les plantes ?

Dans les matières entrantes, l’azote est principalement présent sous sa forme organique, difficilement assimilable par les plantes. Alors qu’après digestion en biométhanisation, l’azote a été transformé pour 50% environ en azote minéral (NH4). Le digestat contient donc une forme d’azote rapide (NH4) et une forme d’azote plus lente (N organique).

Partager

Contact

Cécile Heneffe

Cécile HENEFFE

Biométhanisation

Tél.

081/627.192

Avec le soutien de

ValBiom

Website by   Dogstudio